Ah là là, en voilà un sujet épineux, aux avis divers et variés! Pour éviter toute polémique donc, ce qui suit n'est que mon avis personnel sur la question...

photo_0121

Des amies comme ça, j'en redemande! :-p

L'amitié entre un homme et une femme, la vraie, telle qu'on la conçoit, forte, profonde, sincère et de longue durée, je n'y crois pas du tout, sauf dans certains cas que j'énumererai plus loin...

Tout d'abord au niveau pratique: pour ma part, je ne me suis jamais retrouvé seul avec une fille, au ciné, au resto, ou autre, sans que je n'ai de sentiments pour elle.

Soyons honnêtes: si l'on apprécie tellement une fille pour être son amie, pour avoir envie de passer du temps avec elle, que l'on est hétérosexuel et célibataire, se posera forcément la question des sentiments. Et un sentiment d'amitié profonde (je ne parle pas de copinage, moi aussi je traîne beaucoup avec des filles dans mon quotidien, ne serait-ce qu'au bureau) pour une fille, n'est-ce pas finalement au fond un peu de l'amour? J'imagine que si j'étais homo, je serais déjà sorti avec mes bons amis, pourquoi? Parce que j'aime être avec eux, et que notre amitié se base sur des sentiments de compréhension, partage, respect, goûts et feeling communs... bref tout ce qu'on recherche chez sa future petite amie!

Et puis même au delà de la bonne entente, je pense que nous sommes faits de telle façon qu'il existera toujours une tension sexuelle entre deux personnes de sexe opposé qui s'apprécient beaucoup (dans le cas de l'hétérosexualité). Après tout, c'est pas pour rien si on sépare les toilettes femmes et hommes dans les restaurants! Femme-homme, deux univers, deux états d'esprits. On ne se confie pas à un homme comme on se confie à une fille, on ne ressent pas les mêmes choses en présence d'un homme ou d'une femme (en tout cas pour moi c'est comme ça) et l'amitié en est forcément différente. Cela veut-il dire que je ne peux apprécier une femme pour ce qu'elle est, sans arrière pensée? Non bien sûr! Je parle avec beaucoup de filles et souvent m'entends mieux avec elles qu'avec beaucoup de garçons. Je pense simplement qu'on peut être assez proches, voir très proches, sans tomber dans l'amitié pure et dure. Il peut donc exister une forme d'amitié, que je qualifierais plutôt d'entente cordiale, de copinage en bande etc... On peut aussi commencer par une amitié, une vraie, mais je pense que celle-ci est naturellement amenée à évoluer avec le temps, sauf cas précis (voir plus bas). Mais l'amitié longue durée, du genre "ce soir tu viens dormir chez moi?" ou "on part en vacances tous les deux", hum... tentez le coup, je suis pas sûr que la personne en face acceptera facilement ou sans se poser de questions!

Il existe cependant des cas où je crois en l'amitié garçon/fille:

- Quand les deux sont déjà casés (exit le sentiment amoureux déjà existant pour un autre, exit la tension sexuelle sauf si la personne ne se satisfait pas de son couple)
- Même famille, même genre cousins/cousines (les habitudes font que, à la base, on ne peut pas - ou veut pas - tomber amoureux)
- Deux ex qui sont sûrs de ne plus s'aimer, même si il restera toujours une forte complicité, probablement destabilisante pour les nouveaux partenaires de ceux-ci
- Une trop grande différence d'âge qui empêcherait toute relation sérieuse
- Deux personnes qui ne s'aiment pas physiquement, et ont clairement abordé le sujet
- La "bande d'amis", où les gens se voient rarement à deux, et où ne se développe pas une amitié individuelle mais plutôt collective (par contre là je vous raconte pas les ambiguités -surtout sexuelles - non dites...)
- Le garçon ou la fille est homosexuel(le)

Il y a également le cas de figure où l'un des deux amis n'est pas amoureux et l'autre si, mais se satisfait du statut quo. Bien que je trouve cette amitié assez malsaine, puisque l'un des deux ne s'épanouit pas et reste en état de frustration. Peut-on également appeler ça une vraie amitié? Ne serait-ce pas plutôt de l'amour non partagé, refoulé, non avoué?

On va me dire "nous on se connaît depuis super longtemps, y a pas d'ambiguité etc": cet exemple revient souvent, et je pense qu'à un moment donné, les deux personnes se sont forcément posés la question sur leurs sentiments respectifs. Ils en ont peut-être conclu que ce n'était pas possible, dans ce cas ils rentrent dans ce que je disais "s'être mis d'accord". Mais je défie quiconque d'être le meilleur ami de la terre avec une fille sans qu'il n'y ait jamais eu la moindre ambiguité entre eux. Quoi que parfois ça arrangerait bien les choses, et je parle en connaissance de cause...

ile_de_la_tentation

Le propre de la femme n'est-il pas d'être tentée par l'homme? Et inversement?