C'est en lisant l'un des derniers messages du blog d'une amie (Vanessa pour ne pas la citer ;-) ) que j'ai commencé à réflêchir moi aussi à ma destinée. Pas vraiment ma destinée personnelle, les accomplissements que je souhaiterais réaliser, mais plutôt ma place dans ce monde, par rapport à la communauté, et ce pour quoi je suis là.

Ce n'est pas comme si je n'y avais jamais pensé, mais il est de bon ton de savoir s'arrêter parfois, ralentir, et se reposer la question de temps en temps. Après tout, l'homme évolue quotidiennement. Vanessa elle, rêve un peu de devenir la Mère Thérésa des temps modernes. C'est visiblement, à la lire, un véritable rêve, vivre pour les autres, les plus démunis, en parcourant le monde. Ses actions passées et présentes vont d'ailleurs quelque peu dans ce sens... J'espère pour elle que cela ne demeurera pas un simple rêve, une simple envie râbachée, mais qu'elle prendra le pas pour se lancer dans cette destinée qu'elle s'est elle-même fixée. Des rêves non réalisés peuvent former les plus grands regrets...

destinee

Je ne l'ai pas lu mais fallait bien illustrer ce message :-p

Et alors, ma destinée? Je n'ai pour ma part pas de si grandes ambitions à l'échelle d'un village, d'un pays, ou même du monde. Cependant, je ne me suis pas senti si éloigné du message global de Vanessa. Je pense, et souhaite surtout être là pour rendre heureux, pour embellir ou éclaircir la vie des gens, à mon niveau. Pas en réglant leurs problèmes, mais en les soutenant ou en les leur faisant oublier. Je ne me vois pas adopter une dizaine d'enfants nécessiteux, ou partir dans l'humanitaire post-guerre. Comme d'autres artistes ou personnes avant moi, mon rôle serait plutôt d'être moi-même, à communiquer des valeurs, écouter et rassurer, créer ou partager des moments de joie ou de plaisir. C'est aussi pour ça que j'ai toujours voulu travailler dans le divertissement: pour apporter aux autres un peu de joie, leur faire oublier leurs soucis. La réaction des gens vaut tous les efforts du monde, et m'apporte encore plus de plaisir. Quand des événements tournent mal, je me soucie davantage de ce que ressentent les autres que moi... je n'aime pas fêter mes anniversaires mais adore participer ou organiser ceux des autres... Il y a aussi parfois un truc très bizarre: quand je râte quelquechose ou qu'il m'arrive un malheur, et que je suis triste non pas de ce qui m'arrive directement, mais par pitié pour moi-même, comme si mon esprit me voyait en une 3ème personne. Je n'ai pas réussi à comprendre cet état.

On m'a souvent décrit comme un "gentil". Ca pourrait être moqueur, et ce serait réducteur comme terme, mais finalement c'est peut-être ce qui me correspond le mieux. Sans doute que je n'ai pas vraiment d'autre ambition que d'être gentil, de souhaiter que tout aille pour le mieux, même si ça peut arriver que je rende des gens malheureux, ce qui est pour moi le pire des échecs en général. Mais je n'ai jamais réussi à haîr des gens, à être rancunier. Je n'aime pas les conflits, qui me hantent assez longuement quand ils perdurent. Pour résumer j'aime quand tout va bien, qu'on peut profiter simplement de tout ce que le monde a à nous offrir.

monde

C'est une façon comme une autre (peut-être plus passive) de faire avancer les choses. Comme certains slogans publicitaires, ma devise pourrait être "think globally, act locally" ;) Pour embellir le monde, mieux vaut d'abord se préoccuper de son environnement direct: nous-même, nos proches ou la nature à portée de main. Si chacun agit ainsi, on peut créer un effet boule de neige qui peut aller très loin. Je l'avoue, je donne rarement des sous aux mendiants, et je ne trie pas systématiquement mes poubelles. Mais j'essaie d'appliquer des règles et valeurs inculquées par mes parents au fil des ans, ou des règles de bon sens que je me suis moi même fixé: le respect des autres, des objets, du monde extérieur. Finalement, j'estime que la seule personne que je suis en droit de modeler à ma guise, est moi-même. Le reste ne m'appartient pas et quand je fais des conneries, ou que je démontre mes lacunes et mes faiblesses, j'essaie de faire en sorte que ce ne soit pas au dépend des autres. Et surtout, de les réparer rapidement si possible!

Voilà, c'est un peu ça ma destinée:. je ne compte pas parcourir le monde, chercher le malheur, courir au devant et tenter de le résoudre. Je souhaite tracer ma voie et sur mon sillage, laisser quelques bons souvenirs par-ci, par là, en agissant du mieux possible pour moi-même et mon entourage. Si j'y parviens, j'aurai alors le sentiment d'avoir réussi ma vie.

compagnie