Wishes, c'est, depuis l'année dernière, le nouveau spectacle sons et lumière de Disneyland Resort Paris, qui se joue encore une fois tout l'été. L'avez-vous vu? Ce spectacle a eu des débuts difficiles il est vrai, tant les fans ont été à priori déçu de cette production. Déçus car, vendu comme un "feu d'artifices" grandiose, le show ressemble davantage a un spectacle son et lumière mêlant projections, musique et pyrotechnie. Déçus car la comparaison avec le "Wishes" américain, joué tous les soirs en Floride, nous enfonce complêtement. Et déçus car certains effets, comme des projections d'images fixes, peuvent paraître cheap au premier abord.

wishes

Mais je dois l'avouer: parfois c'est con d'être fan. Con de devoir mesurer la portée d'un spectacle au nombre d'explosions dans le ciel, à son budget, ou à la traduction de ses dialogues. Et très con d'appeler un spectacle "un échec" en pensant porter la bonne parole, celle qui représentera l'opinion de tous les visiteurs. Pour ma part, j'ai toujours apprécié Wishes: en effet, la comparaison avec le show floridien n'allait pas en notre faveur. Je le trouvais également moins entraînant et festif que les Feux de la Fée Clochette, le feu d'artifices précédent. Mais j'ai bien aimé le concept de la mise en scène d'une histoire, la projection et les effets sur notre magnifique chateau de la Belle au Bois Dormant (même si certains font un peu amateurs), et bien entendu, la magnifique musique, reprise (bien qu'écourtée) du spectacle original. Apprécié donc, oui. Mais adoré, non. Jusqu'à hier soir.

Je ne sais pas ce qu'il s'est passé hier soir. La parade nocturne avait été écourtée car l'orage était imminent. Juste après le passage du dernier char, la pluie se met à tomber avec une violence inouie, les gens se réfugient où ils peuvent, et le "hub" se vide rapidement. Puis ça se calme, petit à petit. Deux minutes avant Wishes, il n'y a plus une goutte qui tombe. L'air s'est légèrement raffraichi, ce qui fait un bien fou, et la visibilité est totale. Nous nous retrouvons juste en face du chateau, magnifiquement éclairé, avec presque personne devant nous. Le sol, encore humide, renvoie le reflet des éclairages et finit de rendre le tableau irréel. Vous parlez d'un petit geste de la Fée Bleue! ;) Et le show commence: "Starlight, star bright... first star I see tonight..." les étoiles en mouvement sur le chateau, les fusées en arrière plan... à côté de moi, la copine d'un de mes cousins est blottie dans ses bras, et murmure "c'est trop romantique"... pour elle, peu importe la version de Floride (qu'elle ne connaît pas). Peu importe que notre show soit presque deux fois plus court que les autres versions. Elle se laisse porter par l'ambiance, par l'émotion, par l'histoire. Pour ma part, j'ai une nouvelle appréciation pour le show. Encore une fois, je ne sais pas pourquoi (le sourire que m'a décoché la serveuse du Silver Spur ce soir là y serait-il pour quelquechose? lol). La musique est bien forte, le show gagne en intensité... les scènes du génie, Peter Pan, Ariel, Cendrillon... puis les méchants Disney... et arrive enfin le refrain final. Les paroles de la Fée Bleue raisonne, c'est naïf, c'est enfantin, mais c'est beau! J'en ai les poils qui se hérissent sur les bras, les larmes elles, ne sont pas loin. Quelques goutelettes recommencent à tomber, très légèrement, mais cette fois, l'averse ne commence pas. Comme si elle attendait la fin du spectacle. Les feux s'élèvent dans le ciel, créant des ambiance de contrejour hallucinantes avec le chateau. La scène est Magique. Dernières explosion, je me retourne vers notre couple tendrement enlacé à côté de moi, ils sont au bord des larmes et n'arrêtent pas de répêter à quel point c'était magnifique.

wishes3

C'est là que je me rend compte de la portée du spectacle. Comme il doit être vu et vécu comme un ensemble d'émotions, un déluge musical et visuel affectant nos sens mais aussi nous permettant de mieux apprécier, et différemment apprécier, le monde et les gens qui nous entourent. Comme un tel spectacle peut nous rapprocher de la personne qu'on tient dans ses bras, comme un tel spectacle peut faire briller les yeux des enfants, et mettre un sourire sur le visage des adultes. Le spectacle se termine, et les gouttes recommencent à tomber, plus violemment. Nous restons à contempler le château, magnifiquement éclairé, renvoyant des lasers vers le Disneyland Hôtel. La chanson thème de Wishes raisonne à travers Main Street, comme un onctueux dessert après le plat principal. Visiblement les gens ont apprécié ce moment de poésie Disney, sans chercher à compter, comparer, critiquer. On a ce qu'on a, et parfois il faut savoir s'en contenter, et oublier ironie ou cynisme. Si l'on passe au travers, on peut se rendre compte de la chance qu'on a d'assister à de telles choses, quand des millions de gens rêveraient d'être à nos places. Je m'en suis doublement rendu compte, hier soir...

wishes2