cyprienL'autre jour, parmi toutes les pubs et les courriers indésirables, je reçois un email bizarre... Cyprien, l'un de mes bons amis des années ESSCA post-bac, annonce à sa liste de contacts dont je fais encore partie, qu'il rentre au séminaire, après des mois de réflexion. Voilà quelqu'un d'intelligent, ancien étudiant en école de commerce, ayant effectué ses premières armes avec succès dans plusieurs grands groupes automobiles, qui décide de laisser tomber un avenir "matériel" prometteur s'ouvrant à lui, pour se consacrer aux autres, aux pauvres, aux nécessiteux, à la prière.

Bon, je ne dis pas que je tombe des nues, car Cyprien a toujours été un croyant convaincu, pratiquant, adepte des JMJ de par le monde... ça m'a plutôt étonné, voire impressionné. J'ai trouvé ça génial, en fait, que quelqu'un puisse suivre un chemin sortant des sentiers battus, un chemin risqué, pas forcément approuvé par tous, par simple vocation. Il est étonnant de constater à quel point son email sentait la délivrance et la sérénité. Comme si ce choix, pas facile à faire, lui ouvrait désormais les portes de la paix intérieure comme il le dit lui-même.

Et je crois profondément que trouver sa place, faire ce pour quoi l'on est fait est vraiment une clé du bonheur. Ce n'est pas la réussite financière, ce n'est pas la carrière, ce n'est pas d'avoir fondé une famille ou de briller aux yeux des autres. Le bonheur, au-delà de profiter de tous les (petits comme les grands) instants de la vie, c'est faire ce que l'on juge être bon, ce qui nous ressemble et s'assumer pleinement. Comment après ça juger de la vie et des choix d'un tel ou d'un autre? Nous sommes tous différents...

Si tu passes par là Cyprien, je te souhaite bonne chance pour l'Aventure qui t'attend! :)