lovejob

Hier soir, je discutais avec une amie devant mon locker. Parlant boulot, je lui ai demandé où ça en était, si elle était toujours dans son département habituel. Elle me répondit: "ouais, en attendant autre chose quoi!" Ce n'est pas la première fois que j'entends ça... ça m'a fait quelquepeu de la peine pour elle, et ça m'a rappelé cette statistique que j'avais lu je ne sais où: près de 90% des salariés ne sont pas satisfaits de leur travail. Quand on voit le temps passé à bosser dans une vie, ça fait peur...

Pour ma part, je lui ai simplement répondu, en connaissance de cause, qu'il valait mieux essayer de trouver du plaisir dans son quotidien, une raison d'aller travailler, car à force d'attendre, on ne voit plus les jours, les semaines ni les mois passer (la preuve, ça fait près d'un an et demi qu'elle "attend"). Dans son livre Comment convaincre en moins de deux minutes?, Nicholoas Bootman affirme que les salariés d'une entreprise voient leur moral et productivité augmenter quand ils identifient clairement le rôle qu'ils jouent au sein de celle-ci, leur mission au quotidien et le produit qu'ils délivrent.

Pour moi qui travaille à Disneyland, je me rends compte presque chaque jour comme notre mission n'est pas banale, même si beaucoup d'entre nous ont tendance à l'oublier. Nous vendons du bonheur. Et cela se reflète quel que soit notre métier dans cette entreprise! Celle-ci compte pour les gens et possède un pouvoir d'attractivité hors du commun. Qu'il s'agisse d'un partenaire avec qui un chargé de marketing doit faire affaire. Qu'il s'agisse d'un chef de la sécurité accompagnant un VIP, qui avoue retomber en enfance en entrant dans le parc. Ou même qu'il s'agisse des employés, fiers de faire visiter ou de parler de leur lieu de travail à leur famille et amis, de raconter leurs souvenirs en pagaille, qu'ils soient insolites, émouvants ou hilarants... quand aux plus passionnés, ils passent une partie de leur temps libre à s'intéresser ou visiter le Resort ou les autres destinations Disney. Quelle autre société peut s'ennorgueillir d'avoir plusieurs milliers de "fans" parmi ses employés? Aucune. Disney fait rêver, interpelle, intéresse, fait sourire. Ce n'est pas une société comme une autre et malgré ce qu'on entend ici et là, on s'y attache...

Pour le moment, je touche du bois de pouvoir me lever chaque matin avec plaisir pour aller travailler. Et ce n'est pas "en attendant". J'ai comme tout le monde des rêves, des ambitions, ou simplement des envies. Mais la vie c'est saisir les plaisirs de chaque instant, dans chaque tâche, aussi pénible ou répétitive qu'elle puisse paraître. Chez Disney il y a plus de 500 métiers, et si je pouvais, j'aimerais tous les essayer! Travailler onstage, backstage, vendre et communiquer le produit, le créer, l'améliorer ou l'entretenir, ou le faire vivre aux visiteurs... à chaque métier sa spécificité, ses petits "trucs" insolites, son mode de fonctionnement, et à chaque équipe ses anecdotes et son identité! Et à Disney, il y a de quoi prendre du plaisir... qu'il s'agisse d'une création graphique sur ordinateur, d'une interaction mémorable avec un visiteur, regarder la joie sur le visage d'enfants, intercepter les regards langoureux d'un couple devant le feu d'artifices, jouer la comédie, rendre service à des visiteurs en détresse, faire rire une jeune fille s'adressant à vous de façon timide, échanger des sourires, ou tout simplement s'intéresser et parler avec ses collègues, qui sont légions et de tous horizons et personnalités! Je suis peut-être bien tombé, c'est vrai que j'ai toujours travaillé où je l'avais souhaité, mais j'ai du mal à comprendre tous ces gens qui semblent perpétuellement traîner des pieds dès qu'ils mettent un pied dehors. Enfin, je ne suis pas du genre à croire qu'il y a les gens "importants" d'un côté (comprendre: les bureaux) et les "petits" de l'autre (comprendre: le terrain). Un diplôme ou un salaire n'a jamais fait quelqu'un d'important à mes yeux, et j'ai beaucoup plus d'estime pour quelqu'un mettant à profit sa passion et son enthousiasme, que pour ceux qui ont trouvé la bonne planque tout en rêvant de leur future affectation. Pour avoir travaillé des deux côtés, je confirme que nous sommes tous, à notre niveau, important. Nous travaillons ensemble, dans un même but, et il est dommage que certains semblent l'oublier.

wherechar_final

Mon discours fait quelque peu institutionnel il est vrai... mais je n'essaie pas de convaincre qui que ce soit, je savoure juste ma chance: celle de bosser où je le veux, ce qui, au delà des conditions de travail ou du salaire, est déjà un avantage énorme et je m'en rends bien compte en parlant autour de moi. Je connais ma mission, je sais ce que j'apporte au quotidien, et je partage les valeurs véhiculées par cette société. Des gens de ma famille s'étonnent et ne comprennent pas qu'on puisse s'y sentir bien et c'est bien ennuyeux de devoir se répêter... Voilà une trace écrite que j'espère ils liront!