DSC00009Quelle soirée étrange... partis pour voir LOL! au Gaumont des Champs Elysées avec Neznez, on s'est retrouvés finalement au Publicis, pour découvrir une curiosité... notre premier live en 3D, d'horreur qui plus est! Il s'agit de Scar 3D, un film diffusé dans moins de cent salles en France (58 en numérique 3D). Malheureusement l'effet nouveauté qu'apporte le relief dans un film gore ne sauvera pas ce film de la noyade de médiocrité dans laquelle il baigne en continu du début à la fin.

Dans son adolescence, Joan Burrows fut torturée par un tueur en série qui assassina sa meilleure amie devant ses yeux. Bien des années plus tard, elle se retrouve confrontée à ses vieux démons lorsque la ville paisible qu'elle habite se retrouve confrontée à une vague de crimes rappelant étrangement les événements passés...

Que dire sinon que ce film m'a filé la gerbe, l'effet de relief est certes insolite mais peu convaincant au final. Comme quoi, pourquoi imposer des techniques qui ne servent à rien si ce n'est pour faire vendre... et puis se taper de l'hémoglobine cheapos à foison en plein dans la rétine, ça finit par vous remonter le coeur. Scar 3D ne peut pas faire passer la pilule grâce à une histoire passionnante, sachant qu'elle est d'un accabit plus que limitée, se limitant à des disparitions mystérieuses successives menant à une scène et révélation finales assez désolantes car tellement clichées. Et pour les fans de scènes flippantes à vous faire sursauter dans votre siège, vous passerez votre chemin.

Au final, le film se laisse donc regarder sans réelle peine ni réelle conviction, et quelques baillements et coups d'oeil sur le portable sont à prévoir... (ou comme les moins téméraires vous quitterez la salle avant la fin)