affiche_oss_117_2

3 ans après le premier volet réalisé par Michel Hazanavicus, nous retrouvons avec bonheur Hubert Boniceur de la Batte, autrement dit OSS117, dans une nouvelle mission se situant cette fois au Brésil, Rio de Janeiro pour préciser. Un paysage de carte postale qui sied bien, après l'Egypte, à notre agent secret français favori.

Le reste n'a pas tellement d'importance, la trame d'origine (qu'on ne comprend pas toujours mais qu'importe) ne servant que de prétexte à suivre les aventures de ce macho mysogine, raciste, à la limite de l'homophobie et de l'antisémitisme. Que les plus douteux se rassurent, c'est toujours écrit ou joué avec finesse, dans la tradition du second degré qui rend le personnage juste irrésistible!

Allons directement au but, OSS117: Rio ne répond plus, est presque un copier coller du premier film. Du style cinématographique, aux dialogues ou aux personnages rencontrés, ce second volet ne surprendra aucunement. On pourrait même lui reprocher légèrement un manque de renouvellement, des gags à rallonge ou répétitifs, ainsi que des situations déjà-vues. Mais quelques séquences ou dialogues cultes rendent le plat encore savoureux. Cependant, si le troisième volet sait se renouveller, on l'appréciera d'autant plus...