IMG_4143Il est 10h35. Près de six heures après m'être couché, je suis encore dans les vaps, mais je regarde machinalement, comme à mon habitude, mon téléphone portable. C'est là que j'aperçois les 9 appels en absence... la fille de mes rêves? Non! Il s'agit de notre contact Disneyen, et au vu de son emploi du temps chargé, jamais je n'aurais imaginé qu'il puisse insister comme ça de bon matin. Là c'est clair, faut que je le rappelle, même si ma voix rocailleuse rappelle l'Homme de Néandertal. Au téléphone, la (bonne) surprise tombe: nous avons l'opportunité d'interviewer John Lasseter dans 25 minutes! Wow, génial!! Sauf que, heu... on habite à 20 minutes de là minimum, en bus... et on est encore dans le lit. C'est ce que j'explique à Julien, que techniquement ça va pas aller, même si on est emballés... bon il nous donne 40 minutes. Là, c'est sûr faut tenter. Je crois que jamais on ne s'est levés aussi vite. Oublié le petit déj, oubliée la douche, oublié le rasage. On commande un taxi en quatrième vitesse, sinon on n'y sera jamais. 11h10, le taxi déboule devant le Pierre et Vacances. Le mot d'ordre au chauffeur: FONCE! 15 minutes plus tard, nous voilà en centre-ville. On est pas loin de l'hôte, sauf que... tout est bouché. Forcément, en période de festival, il faut s'y attendre, surtout qu'il y a une montée des marches en même temps. Le taxi commence à avancer au pas, on se croirait dans un mauvais feuilleton. Bon, en hommes d'action, nous nous divisons, Cobain et Dash restent à bord du véhicule tandis que Kinoo et moi nous jetons à l'extérieur pour courir à l'hôtel comme des dératés avec notre caméra minable. Ouf, finalement, nous sommes juste pile à l'heure, et il y a un peu de retard dans le press junket, nous pourrons donc bien interviewer John Lasseter, et c'est soulagés que nous nous installons dans les canapés du Carlton.

n1124310807_440925_110726 n1124310807_440924_5000589 n1124310807_440985_5392924

Cobain et Dash finissent d'ailleurs par arriver, aussi nous réfléchissons à l'arrache à quelques questions à poser au patron du studio d'animation Disney et Pixar. Par contre pour l'interview, ils devront patienter à l'extérieur, seule une personne étant autorisée à l'intérieur (même si je me suis un peu imposé de force avec ma caméra, alors qu'ils avaient déjà le gros matos pour filmer l'interview ^^). Dans le couloir donnant sur une des suites où se passe le junket, nous croisons Pete Docter le réalisateur du film, ainsi que Dick Cook le président des Studios Disney. Bizarre de le voir ainsi à quelques centimètres nous sortir un grand "Hi!", alors qu'on le voit sur tous les tapis rouges et à toutes les avant-premières de films Disney. L'ambiance est légèrement tendue, les autres journalistes sont eux préparés, et comment dire... blasés? Nous, nous ressemblons plutôt à des gamins le matin de Noel. Ce n'est pas la première fois que je croise John Lasseter, mais de cette façon, et à l'occasion du nouveau film Pixar, oui. Finalement c'est à nous, nous rentrons dans la pièce et Kinoo s'installe face à John tandis que j'allume mon JVC en essayant de cadrer au mieux entre les projecteurs et les câbles.

5 minutes plus tard nous sommes déjà dehors, il faut savoir que tout est chronométré à la seconde près, et les interviews s'enchainent. Nous n'avons même pas eu le temps de prendre une photo ou de poser toutes nos questions. Cependant, nous décidons de patienter encore un peu au Carlton, afin de profiter du petit déjeuner offert. Nous passons également un peu de temps avec un attaché de presse, pour parler du film, des futures sorties Disney et de leur stratégie marketing. Passionnant! Dans le hall du Carlton, nous croisons également Olivier du forum, venu lui-même présenter son court-métrage à Cannes. Nous passons donc un petit bout de l'après-midi avec lui.

IMG_4110 IMG_4111

Après un petit arrêt Mc Do et sandwicherie, nous nous balladons un peu sur la Croisette. Olivier tente de nous obtenir des places pour le Grand Journal du soir, où sont invités John Lasseter et Pete Docter. Puis, après une longue discussion sur les futurs productions Disney à venir, nous le quittons pour retourner à l'hôtel afin de nous changer et surtout, profiter de la piscine! Dash lui, repart de son côté. Après un petit détour au cyber café de l'African Queen (trois ordis pour le prix d'un!), nous nous posons au bord de la piscine. Malheureusement, on annonce celle-ci à 13°c (!) et le ciel à moitié couvert ne nous donne pas trop envie de nous baigner... nous en profitons donc pour simplement nous reposer, et regarder nos charmantes voisines prendre place sur les transats, en plus des pigeons s'abreuvant dans la pataugeoire.

IMG_4114 IMG_4118
IMG_4124 IMG_4120 IMG_4126

Vers 17h, nous montons nous habiller, car on veut arriver en avance pour Le Grand Journal de Canal +, posé comme chaque année en face du Martinez. On ne peut finalement pas y accéder car les places se réservent des jours à l'avance, mais nous décidons de patienter devant les barrières longeant le plateau, pour attendre les invités et chopper quelques photos, en plus d'un autographe sur notre dossier de presse Là-Haut! Le ciel lui, se fait de plus en plus menaçant, mais les premiers invités arrivent: Franck Dubosc, mais surtout la star indienne Aishwarya Rai, véritable divinité :) Par contre, nous pateaugons dans une marre de touristes bien beaufs, qui ne connaissent pour la plupart même pas le nom des vip présents. Une chance pour nous, qui sommes surtout intéressés par l'équipe de Là-Haut, que le public ne doit jamais avoir vu ne serait-ce qu'en photo.

IMG_4134 IMG_4135

Alors que nous sommes plutôt bien placés contre les barrières, à attendre qu'une limousine arrive et n'en descendent le réalisateur du film, qu voyons nous nous ballader tranquillement, main dans la main avec sa femme sur le trottoir d'en face? Le réalisateur justement!! Pete Docter est là, en t-shirt, totalement incognito car personne ne le reconnait (un jour, un jour...) Evidemment, Cobain ne peut s'empêcher de courir pour traverser la rue. Moi j'ai peur de déranger, mais au final, l'excitation est la plus forte. C'est une rencontre privilégiée entre le réalisateur et 4 fans absolus de Disney et Pixar. On prendra bien sûr des photos, et nous avons chacun droit à notre dédicasse perso, accompagnée d'un petit dessin de Karl Fredericksen. Si ça c'est pas collector :) Etonnamment, la femme de Peter nous annonce qu'il n'ira pas au show du Grand Journal, alors qu'il est censé être présent avec John Lasseter ce soir là.

IMG_4136 IMG_4137 IMG_4138
Digne de Voici, non?

IMG_4139 IMG_4140

Il s'avère qu'elle semble nous avoir mal compris, ou a voulu noyer le poisson, car une heure plus tard, Peter est bien présent aux côtés de John pour entrer sur le plateau de l'émission. Mais nous étions quand même là, par précaution. On ne nous la fait pas! Sur le plateau, les deux lascars ont du mal à en placer une, le sujet sur Là-Haut est surtout composé d'images de la bande-annonce, d'un faux doublage, et de Dubosc faisant son show. Nous aurions aimé une photo avec John Lasseter, mais la pluie les incite à remonter rapidement dans leur limousine une fois l'émission finie. Aussi nos appels n'y feront rien ("John! John!" et derrière nous: "C'est qui ce John? Elton John?")

IMG_4145 IMG_4146 IMG_4147
IMG_4150 IMG_4151 IMG_4152

Nous tentons de rejoindre le Carlton à pied pour les chopper à la sortie de leur limousine, mais rien ne vient. Ils sont peut-être partis dîner... alors nous nous infiltrons dans l'hôtel au nez et à la barbe de l'agent de sécurité. Dans les étages, nous tombons sur les bureaux de presse d'autres studios: Universal, Warner... bon n'ayant pas d'accréditations aucun d'entre nous n'osera y pénétrer pour demander des dossiers de presse. De nouveau dans la rue, nous tombons nez à nez sur un véhicule qui nous dit quelque chose: c'est la moto du film culte Easy Rider, retapée pour la sortie de Easy Rider 2 par un mécano typiquement texan avec grosse mosutache, jean, santiags et chapeau de cow-boy. On comprend vite l'attroupement autour de ce gars relativement anonyme, c'est qu'une de ses partenaires du film, une bimbo blombe, signe des autographes sur un cliché de presse qu'on pourrait prendre pour un porno. Et comble du comble, en échange d'une bière, le gars présente Kinoo à l'autre actrice du film, Sheree J. Wilson (célèbre pour être la femme de Chuck Norris dans Walker Texas Ranger). Une fois la photo faite, Kinoo profite d'une seconde d'inattention du mécano pour filer à l'anglaise, nous évitant ainsi une bière.

n1124310807_438930_4487295 IMG_4142

La Croisette reste animée, sur la plage a lieu un concert de musique du film Millenium, mais la pluie se fait sentir, alors nous décidons de rentrer, car le plus gros a été fait. Après un petit Mc Do de rigueur, nous prenons le bus pour retourner à la Bocca. A la maison, la fin de la soirée passera devant un petit reportage sur l'évolution des films porno au cinéma (!), et du bavardage.

Le lendemain, nous constatons avec horreur qu'il a plu toute la nuit. Le cendrier des garçons fait office de piscine sur la table du balcon, mais le pire, c'est que mon dossier de presse de Là-Haut (heureusement, pas l'original), lu par Kinoo la veille au soir en extérieur, est complêtement détrempé!!! Après avoir fini les restes des courses, nous rangeons un tant soit peu l'appartement (pour faire illusion 2 minutes), avant de descendre nos valise à la bagagerie. Puis nous reprenons le bus pour retourner à Cannes, histoire de faire du sightseeing et profiter encore quelques heures de l'ambiance du festival. Nous achetons également nos billets de train, et déambulons dans les rues, lisons tous les magazines recueillis depuis deux jours, puis nous filons au Carlton récupérer les interviews de la veille au format Beta et DVD.

IMG_4159 IMG_4157 IMG_4160

La fin de l'après-midi se passera au cyber café, pluie oblige. Et puis, nous sommes légèrement sur les rotules. Vers 17h45 nous allons chercher nos valises pour prendre notre train, mais nous apprenons à la gare qu'il y a une grêve des controleurs!! Donc plus de train. Evidemment, nous allons devoir prendre le taxi jusqu'à l'aéroport de Nice, ce qui nous reviendra encore à près de 30 euros par personne, alors que le train revenait à 5 euros... jusqu'au bout, la poisse nous aura accompagné! Enfin la poisse, j'exagère, le week-end (en pleine semaine) fut excellent, plein de surprises, d'émotions, teinté de stress et surtout d'humour!! La semaine qui suit actuellement, après un tel break, est déjà plus dure.... ^^

Allez, Septembre, Deauville? Why not.

n538549331_1788861_1382679