royan1Il y a 1 semaine, je suis reparti près de 25 ans en arrière... à l'aube de mes premiers souvenirs d'enfant. Ca fait un bail que je n'étais pas descendu sur Royan (Vaux-Sur-Mer plus précisément), et pourtant j'y ai passé pas mal de temps étant petit. En effet les parrains et marraine de ma soeur y ont une maison en bord de mer dans un quartier résidentiel très mignon, et nous y allions assez souvent en vacances ou en week-end.

Malgré le peu de photos que j'en ai, il y a des formes et des images qui étaient restées en moi: la proximité de la mer au bout de l'impasse, la villa cloturée par un muret blanc typique de cette région, les tuiles orangées et les grands pins dans le jardin, ainsi que cette table à manger en bois. Pourtant, quand nous nous y sommes rendus le week-end dernier sur la route du mariage d'Olivier à Bordeaux, il y a une chose qui m'a fait basculer dans le temps instantanément: l'odeur.

Il y a eu des travaux dans la villa, une chambre a été amenagée dans les combles, une terrasse a été construite, du mobilier a été changé... mais l'odeur à l'intérieur est demeurée intacte. Je ne saurais trop la décrire, à part dire qu'elle rappelle le bois, mais je ne la retrouve nulle part ailleurs. Quand nous sommes rentrés dans la villa, cela m'a fait un effet immédiat. Je me suis senti comme Pagnol à la fin du Chateau de ma Mère, qui retrouve par surprise la propriété et le chemin de son enfance, et les souvenirs qui les accompagnent. Le grand escalier en bois, les deux chambres au premier étage (dont celle où j'avais passé ma première nuit blanche), la cuisine où l'on prenait le Benco tous les matins, le coin télé et le jardin où j'avais du faire un spectacle de Michael Jackson devant la famille...

royan2 royan3

Ces deux jours furent un mélange de nostalgie et de découverte. Je me suis réapproprié les lieux, en me balladant avec Ptitmath sur les corniches voisines, dont les noms laissent rêveur (le Chemin des Fées par exemple) ou me baignant en boxer sur la plage de Nauzan à quelques minutes de là. Mais j'ai aussi visité Royan en voiture, une ville dont je n'avais par contre aucun souvenir. Moi, mes souvenirs étaient plutôt à la Villa, quand on m'a offert à 7 ans le disque vynil du générique de Zorro. C'est un rare moment dont je me souviens sans revoir de photos, et c'est revenu telle la madeleine de Proust, grâce à une simple odeur.