home

Les films écolo sont à la mode. De la 11ème Heure de DiCaprio, à Une vérité qui dérange, en passant par le récent Un jour sur Terre ou le futur Océans, sans oublier les innombrables reportages sur le sujet traités dans Ushuaia nature ou Thalassa... on l'a bien compris, notre planète est en danger. Mais si vous voulez encore en être un peu plus convaincu, allez voir HOME, le dernier film de Yann Arthus Bertrand (et évitez pour cela de prendre la voiture!).

Un film comme celui-là est difficilement critiquable, cela reviendrait à renier les intentions premières de son créateur. Je m'attacherai donc à la forme du film, qui, si il est lêché esthétiquement, est quand même répétitif. YAB est un photographe, son film est presque une succession de clichés en mouvement, du même style que ceux qui innondent ses différents bouquins. Tout ou presque est filmé du ciel, et les paysages se succèdent en de longs plan-séquences, la plupart filmés au ralenti avec des mouvements rotatifs, bercés de la voix monocorde, sans parti pris, et avouons le soporifique, de Jacques Gamblin. C'est certes joli, mais sur deux heures, un peu long, d'autant que la bande-originale, ethnique dans son style, ne magnifie pas vraiment les images.

Comme d'habitude, le cinéaste se consacre en première partie (ou plutôt sur les trois-quart) à décrire la situation actuelle et les dangers pour l'avenir, pour conclure par quelques solutions isolées actuellement testées dans le monde. Il est quand même dommage que des solutions concrêtes à l'échelle individuelle ne soient pas plus mises en avant. Je suis également d'avis qu'un ton plus encourageant, sur ce qu'il est possible de faire pour préserver la beauté de notre monde, n'ait pas été adopté. Car on joue encore une fois sur la moralisation, et à ce titre, nous sommes d'accord avec Ptitmath qu'un film de 15 minutes comme "Circle of Life" présenté à Epcot est beaucoup plus effectif que ce long-métrage.

Home est cependant une oeuvre à part, tant dans sa réalisation que l'on imagine dantesque, comme sa production et distribution inédites qu'on ne peut que saluer. Il n'y a pas vraiment d'excuse pour le râter tant il est à portée de tous. Si ce n'est pas le plus réussi sur le sujet de l'environnement, il reste néanmoins à voir.