tf22

A chaque nouveau film de Michael Bay, c'est la même excitation qui revient. Un peu comme un Mc Do en fait: quand ils sortent un nouveau sandwich, on est rarement surpris, la saveur reste proche de celle des précédents, mais on l'attend avec impatience pour le goûter. Une, deux, trois fois... on est des fois déçus, des fois non. Mais on y retourne!

Transformers 2, c'est donc exactement ça, et encore plus que d'habitude. C'est Transformers, avec un "2" accolé. Et c'est le reproche majeur que j'ai à faire au film, il s'agit d'une ressucée pure et simple du premier volet, avec un peu plus de moyens. Bien évidemment, après le premier épisode on se disait qu'on avait fait le tour... et on avait raison. Les scénaristes n'ont visiblement rien à raconter, si ce n'est trouver un prétexte pour que les robots puissent se retrouver et se bastonner à nouveau. Mais là où c'en est presque pénible, c'est qu'on assiste à un véritable copier-coller. Au niveau des personnages d'abord (Sam, Mikaela, les parents, le geek irritant, l'armée à outrance), de la structure du film qui commence doucement pour finir sur un gros climax, mais aussi des thèmes musicaux, de l'alternance comédie/action, des dialogues (les monologues d'Optimus), des paysages (une baston dans un petit village en plein désert, on a pas déjà vu ça quelque part?? Allons bon!)... rien de bien neuf à l'horizon. Il y a encore pire: certains plans sont soit copiés, soit directement repompés du premier film (notamment un traveling sur des porte-avions, déjà tiré de Pearl Harbor et retravaillé)! Déjà le marketing laissait apparaître le problème, on a l'impression de retourner deux ans en arrière.

Michael Bay fait donc avec ce qu'il a, mais forcément le mal est fait. Comment se renouveler avec un matériel qu'on a déjà exploité à outrance? On fait dans la surenchère, avec des séquences à rallonge qui n'ont plus aucun impact tant elles se répêtent.

tf2

Je ne me fais pas d'illusion. A un certain point, il est clair que Michael Bay n'est plus tellement intéressé par son sujet, il se sert de son budget illimité pour laisser libre court à son délire, son imagination, ses trouvailles visuelles. Son film live devient un film d'animation. Il expérimente pour dépasser lui-même ses limites mais force est de constater qu'avec cette franchise, il les a atteint. Désormais au sommet de sa notoriété grâce au succès mondial du premier film, pour nous surprendre il devra maintenant se réinventer, partir dans une autre direction. Abandonner les robots, l'armée (ou les flics, le FBI ou tout autre service public de l'ordre au choix), les voitures, les explosions. Michael est capable de tellement plus, il a un sens inné du tempo, de l'humour, de la lumière et de la photo... il a des idées plein la tête (regardez ses pubs sur internet) mais le script doit suivre, c'est quand celui-ci était intelligent que Bay faisait ses meilleurs films (The Rock en tête, mais aussi Armageddon, dont les personnages, le rythme et le suspens étaient bien plus travaillés). A force de donner priorité à ses robots géants, le reste sonne totalement creux (le syndrôme des nouveaux Star Wars!).

tf23Malgré ces propos qui peuvent paraître virulents, je ne trouve pas que Transformers 2 est un mauvais film, loin de là, je le préfère même peut-être au premier. C'est juste que l'effet de nouveauté est passé et qu'il ne se renouvelle pas. C'est là ma principale critique, car si l'on en fait abstraction, on assiste à un spectacle visuel de haute volée, couplé à un excellent divertissement, assez drôle bien qu'un peu long (2 heures auraient suffi pour tout raconter, surtout que le film tombe dans le cliché du "faussement compliqué" en racontant la mythologie des Transformers et du Fallen en particulier). Certaines séquences sont maitrisées avec brio et une indéniable technicité, Bay multipliant cette fois les plans-séquences dans les scènes de combat et de transformation. On se demandera longtemps comment ceci a été coordonné dans son ensemble, à l'instar du combat d'Optimus dans la foret, la destruction ahurissante d'une flotte de porte-avions, l'arrivée parachutée d'Optimus à Shanghai, ou l'improbable bataille aérienne autour des pyramides d'Egypte! Les robots eux, sont toujours aussi réalistes, même si je ne remarque pas d'avancée révolutionnaire depuis 2007. C'est juste qu'ils sont... plus nombreux! Là encore, "plus" ne rime pas toujours avec "mieux" tant certains des personnages sont sous-développés.

Mais au final ce n'est pas tellement le propos. Les fans voulaient de la baston, ils en ont pour leur argent. Et tant pis si nous devons attendre parfois assez longtemps pour nous en mettre sous la dent, quand ça démarre ça n'arrête plus. Pour ma part ma préférence va largement aux séquences courtes mais haletantes. La scène finale, étalée sur plus de 45 minutes, ne m'a absolument pas touché. J'avais déjà rendu les armes pour me concentrer sur la technique, et ça, ce n'est pas bon, car émotionnellement j'étais intouchable...

J'irai très certainement revoir une troisième fois Transformers 2, en Imax de préférence, avant qu'il ne quitte nos écrans. Il est assez fun et bien réalisé pour cela et puis je l'ai dit, c'est comme un Mc Do, il y a quelquechose qui m'y attire irrésistiblement. Mais on a clairement fait le tour des Transformers et je ne vois pas ce qui pourrait justifier un troisième volet qui, sauf grosse surprise, sera certainement celui de trop (même si il est déjà en chantier). Car si certains moments sont mémorables, leur addition n'en font pas pour autant un film du même accabit.

tf24